- EPOPé - http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr -

Une nouvelle photographie de la santé périnatale en France et en Europe en 2015

26 novembre 2018

Le nouveau rapport Euro-Peristat rassemble des statistiques de 31 pays concernant la santé périnatale en 2015. Le bilan pour la France est contrasté, avec en particulier une situation maitrisée dans la pratique des césariennes, mais une situation moins favorable pour la mortalité des enfants et la consommation de tabac, là où de nombreux pays observent une amélioration.

Une amélioration du système d’information en France

Une des forces de ce nouveau rapport est qu’il présente un grand nombre de données sur la santé de l’enfant, renseignées à partir des statistiques hospitalières (ou PSMI), ce qui permet d’avoir des indicateurs basés sur la totalité des naissances annuelles, alors qu’auparavant ces indicateurs étaient documentés par un échantillon représentatif de l’ensemble des naissances, issu des Enquêtes nationales périnatales. Par ailleurs la France fait partie des sept pays européens ayant un système renforcé pour comptabiliser les décès maternels et ainsi limiter la sous-estimation habituelle de cet indicateur de santé.

En France, un taux de césariennes maîtrisé

Avec 1 césarienne pour 5 naissances en 2015 (20,2 %), la France se situe au 7e rang sur 31 pays, ce qui la classe dans le groupe de pays ayant des taux bas. Depuis 2010, le taux global de césariennes en France est resté stable alors qu’il a augmenté de manière significative dans 17 pays sur 31. La France est particulièrement bien classée pour les situations à haut risque de césarienne, pour lesquelles des recommandations nationales de bonnes pratiques ont été émises récemment : 59 % en cas d’antécédent de césarienne (3e rang), 75 % en cas de présentation par le siège (4e rang), et 54 % en cas de grossesses multiples (5e rang).

Figure C10.4 Pourcentages de naissances par césarienne en 2010 et 2015 pour les pays limitrophes de la France et des pays scandinaves

[1]

 

Santé des nouveau-nés : une mortalité plutôt élevée et stable en France

La mortalité autour de la naissance est globalement basse, en France, comme dans les autres pays européens. Cependant la mortinatalité (enfants mort-nés) atteint un niveau plutôt élevé en France (3 décès pour 1000 naissances, 21ème rang), après exclusion des interruptions médicales de grossesse, particulièrement nombreuses dans notre pays, ainsi que la mortalité néonatale (décès dans le 1er mois (2,4 pour 1000 naissances vivantes, 23ème rang). La mortalité néonatale est stable depuis 2005 alors qu’une tendance à la baisse est constatée sur l’ensemble des pays européens.

Selon Béatrice Blondel, représentant la France dans le comité scientifique du projet Euro-Peristat, pour mieux comprendre la stagnation du taux de mortalité des nouveau-nés « il semble nécessaire d’analyser la situation en France de manière approfondie, comme le fait actuellement le Royaume-Uni dans un programme spécial d’analyse des statistiques existantes et d’audits abordant successivement différentes catégories de décès. »

Figure C2.4 Taux de mortalité néonatale à partir de 24 semaines d’aménorrhée en 2010 et 2015 pour les pays limitrophes de la France et des pays scandinaves

[2]

 

Facteurs de risque : la France confrontée aux mêmes challenges que la plupart de ses voisins

Le rapport met en avant une évolution peu favorable de certains facteurs de risque en France : vieillissement de la population des femmes qui accouchent (14e rang avec 20,6% de femmes ayant 35 ans et plus en 2015) – comme dans la plupart des pays entre 2010 et 2015 –  et un taux de naissances gémellaires important (17,1 pour 1000 naissances, 22ème rang). Enfin, la consommation de tabac pendant la grossesse reste stable (16,3% de femmes au 3e trimestre, 20ème rang sur les 22 pays disposant de statistiques sur ce sujet) alors que la tendance est à la baisse dans presque tous les autres pays.

Figure R8.1 Tabagisme pendant la grossesse en 2010 et 2015 dans les pays limitrophes et des pays scandinaves

[3]

 

« Ce bilan présente une situation contrastée. Il semble que les efforts menés pour limiter les césariennes ont conduit à des résultats positifs. En revanche la situation concernant la mortalité des enfants à la naissance est préoccupante. Il est indispensable d’analyser les facteurs et les circonstances des décès pour identifier dans quels domaines et sur quelles populations devraient porter les efforts. » Conclut Jennifer Zeitlin, coordinatrice du projet Euro-Peristat.

 

[4]

 

 

 

Télécharger le rapport complet [4]

 

 

Sources

Les données françaises ont été fournies par la Drees (Bureau Etat de santé de la population) et l’Inserm (Centre d’Epidémiologie sur les causes médicales de décès (CepiDc) et Equipe de recherche en épidémiologie obstétricale, périnatale et pédiatrique (Equipe Epopé))

 

Rapports Euro-Peristat à consulter sur www.europeristat.com [5]

Euro-Peristat project. European. European perinatal health report. Core indicators for the health and care of pregnant women and babies in Europe in 2015.

Euro-Peristat project with SCPE and EUROCAT. European perinatal health report: the health and care of pregnant women and babies in Europe in 2010.

Euro-Peristat project with SCPE, EUROCAT and EURONEOSTAT. European perinatal health report: better statistics for better health for pregnant women and their babies, 2004


Article printed from EPOPé: http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr

URL to article: http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/une-nouvelle-photographie-de-la-sante-perinatale-en-france-et-en-europe-en-2015-1225

URLs in this post:

[1] Image: http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/wp-content/uploads/2018/11/Image1_peristat.png

[2] Image: http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/wp-content/uploads/2018/11/Image2_peristat.png

[3] Image: http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/wp-content/uploads/2018/11/Image3.png

[4] Image: http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/wp-content/uploads/2018/11/Peristat-web-2018.pdf

[5] www.europeristat.com: http://www.europeristat.com

Copyright © 2015 EPOPé. Tous droits réservés